Lamastre

Lamastre  - Ardèche

Lamastre est née en 1790 du regroupement de trois communautés anciennes :

- Macheville, ancien prieuré bénédictin bâti sur un éperon entre Grozon et Condoie,

- Lamastre, avec sa ville haute dominée par le château de Peychelayd et sa ville basse, le Savel, qui s’est construite le long de la très ancienne « voie du Doux » où se tenaient les foires et les marchés,

                                                                       - Retourtour, ancien fief des Pagan Retourtour,

                                         situé dans une boucle du Doux.   

Quartier de Macheville - Pays de Lamastre - Ardèche

 

Le vieux village de Macheville

 Le prieuré du Xème dépendait de l’abbaye de St Chaffre au Monastier. Les Jésuites y vécurent au début du XVIIIème. De l’ancien prieuré subsiste aujourd’hui une tour avec escalier à vis et une belle porte surmontée d’une bretèche datée du XVème. L’église d’origine romane (Xème) possède 10 chapiteaux probablement réemployés lors de la reconstruction partielle de l’église au XVIIème. Le clocher et les premières travées de nef sont de la fin du XIXème.


 

Petits et grands peuvent découvrir Lamastre de façon ludique grâce au parcours d'interprétation "Lamastre en lumières" et au jeu de piste "L'enquête du chauffeur du Mastrou" en vente à l'Office de Tourisme.



Quartier de Peychelard - Pays de Lamastre - Ardèche

Ruines du château de Pécheylard et ville haute de Lamastre 

Le premier bourg de Lamastre est constitué du château du Pécheylard, construit sur un éperon rocheux. Il fut la première résidence des seigneurs de Lamastre. C’est peut être son donjon qui est à l’origine du nom La Mastre, du latin « magistra », tour maîtresse. Jusqu’au XVème, ses seigneurs s’opposaient régulièrement à ceux de Retourtour, leurs voisins les plus proches. La ville haute de Lamastre était entouré de remparts comportant au moins quatre portes, il n’en subsiste plus qu’une. Les pierres des maisons de la ville haute, peu à peu abandonnées, ont été utilisées pour reconstruire la ville basse, le Lamastre actuel.

 

Ruines du château de Retourtour 

 Bâti sur un monticule, ce fut une importante place militaire. Un fossé avait été creusé pour assurer sa défense au Sud. Ce fossé est aujourd’hui emprunté par le Doux, qui a ainsi abandonné son ancien lit, maintenant occupé par le camping. Des querelles de successions sont probablement à l’origine de la ruine du château. On raconte qu’au début du XVIIème vivait encore un petit seigneur « brigand » qui rançonnait les environs…

Train de l'Ardèche - Pays de Lamastre - Ardèche

Le train à vapeur 

Cet authentique train à vapeur circule sur l’ancien réseau des chemins de fer départementaux construit de 1886 à 1891, il fut remis en service par des passionnés en 1969. Son parcours de 33 kilomètres jusqu’à Tournon offre un magnifique panorama sur les gorges du Doux et permet de découvrir d’impressionnants ouvrages d’architecture : viaducs en pierre, pont métallique, canal …

Selon les écrits de Charles Seignobos, Lamastre n’était alors « qu’une misérable bourgade ». La place était bordée de maisons en alignement. C’était en fait les anciens jardins sur lesquels les propriétaires laissaient tenir les foires et les marchés. Au bas de la place se trouvait une sorte de marais que l’on traversait sur des planches. Après plusieurs tentatives infructueuses, la digue construite de 1862 à 1865 permit de protéger Lamastre contre les crues du Doux et assure enfin l’assainissement du « Savel » (marais). Cette digue sera renforcée en 1899 quand la ligne des chemins de fer départementaux, qui avait relié Tournon à Lamastre en 1891, est prolongée jusqu’au Cheylard. La bourgade est ainsi devenue un centre commercial important, un des plus gros marché du Vivarais.  

 

Le parc Seignobos

 

Halte fraîcheur au cœur du village, avec son gingko biloba centenaire, son araucaria et autres essences rares.

 

 Lamastre aujourd’hui 

Lamastre occupe une position carrefour.

Avec ses 10 communes environnantes regroupant plus de 6000 habitants.

Sa situation géographique, aux portes du Parc Naturel Régional des Monts d’Ardèche en fait un pôle touristique et culturel important.

 

 Quelques personnages célèbres de Lamastre 

    Désiré BANCEL (1822-1871)

Avocat, député de la Drôme en 1848. Son opposition farouche au coup d’état de 1851 et à Napoléon III le force à s’exiler 17 ans en Belgique. Il était déjà malade quand il est élu député de la Seine en 1870 et il meurt à Lamastre chez son ami Seignobos.

 

    Charles-André SEIGNOBOS (1822-1892)

Homme politique député de l’Ardèche en 1870, puis en 1876, il sera en 1877 parmi les 363 députés qui refusèrent la confiance de Broglie « proclamant » ainsi, de facto la IIIème République.

 

    Charles SEIGNOBOS (1854-1942)

Historien, professeur à la Sorbonne, avec sa méthode « événementielle » de l’histoire, il fut autour d’Ernest LAVISSE, un des fondateurs de la nouvelle école historique française.

 

    André-Ferdinand HEROLD (1865-1940)

Poète, critique dramatique, président de la célèbre littéraire « Le Mercure de France ».

Il reçut dans sa maison de Lapras des écrivains comme P. Valéry, P. Louys, G.Courteline, Ch. Vildrac et le musicien M. Ravel.

 

    Conrad KILIAN (1898-1946)

 Géologue, « découvreur » du pétrole du Sahara.